Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 18:31


Terminé la lecture de Tobie des marais de Sylvie Germain, dont je parlais brièvement dans ma dernière chronique. La grande force de ce roman est de s’inspirer librement, pour une part importante de son déroulement, de l’histoire biblique de Tobie : les personnages en reçoivent une aura mythique, mise en valeur davantage encore par une écriture qui ne craint ni le lyrisme, ni l’image saisissante, ni la brusque plongée dans l’onirisme. La narration, qui oscille entre le conte et le roman, y va parfois à coups de serpe (comme quand elle transpose dans le monde d’aujourd’hui la mort des sept prétendants de Sarra, la jeune fille que Tobie finit par épouser) mais peu importe, un grand souffle porte ce livre qui raconte, tantôt avec grande violence (à commencer par l’épisode de la mère de Tobie décapitée lors d’une promenade à cheval), tantôt avec compassion, une longue histoire familiale de mort et de folie, malédiction dont le jeune Tobie finira par se libérer. Lui vient en aide un personnage surgi de nulle part, l’errant Raphaël, qui, comme l’ange de l’histoire biblique, l’accompagne dans le voyage qu’il entreprend. Du deuil profond qui l’accable au désenvoûtement et à la rédemption finale…

 

De nombreuses pages du livre sont vraiment magnifiques. Comme celle-ci, début du processus de désenfouissement, puis d’acceptation du deuil, où apparaît à Tobie l’enfant prostré qu’il traîne au fond de lui-même depuis la brusque disparition de sa mère :

 

   Et voilà que son ombre, longue et grêle, projetée sur le sur le sentier blanc, se détache de lui et se met à vibrer, imperceptiblement, aiguille d’une pendule se décrochant de son axe et larguant les amarres du temps. Son ombre file à fleur du sol, elle rétrécit, et esquisse des gestes indépendants du corps en marche. Et les traits d’un visage se dessinent à sa pointe ; c’est le visage de Tobie lorsqu’il était petit garçon.

   L’ombre-enfant braque son regard sur Tobie. C’est un regard inquiet, douloureux. Un regard blessé par la violence placide du visible qui brutalement expulse de son champ des visages familiers, aimés, comme si ces visages n’avaient été que buées, ou même mirages, – et qui les expulse à jamais. Mais le regard, lui, se souvient, il garde gravées sur sa rétine les images des vivants que la mort a raptés, et désespérément il confronte ses visions intérieures, obsédantes, à l’espace déserté, au visible oublieux, implacable dans son indifférence. Et le regard se brûle, se consume, à se frotter ainsi contre la peau si lisse et nue du visible, à scruter l’horizon, à fouiller la lumière tout autant que l’obscurité. Les deuils et le malheur instaurent l’insomnie jusqu’au cœur du jour qui ne resplendit plus alors que d’absence et de manque.

   L’ombre-enfant fixe Tobie dans les yeux et il sent que son enfance est demeurée inconsolée, – elle ne réclame rien, ne demande aucun compte au jeune homme qu’il est devenu, non, elle comparaît seulement devant lui. Elle comparaît tel un témoin privé de voix, privé de tout, sauf de l’effroi de ce qu’il porte en lui, en sa chair, sa conscience, son cœur, sa mémoire : avoir vu, et ne plus cesser de voir, l’éclipse d’un vivant dans l’espace du visible. Elle comparaît dans la nudité de son affliction, dans l’impuissance de sa révolte, dans la folie de son attente.

 

                        Sylvie Germain, Tobie des marias, Coll. Folio

 

Et la romancière, alors, de reprendre encore, comme une antienne, les vers de Supervielle qu’elle a déjà cités précédemment et que je mentionnais la fois passée :

 

Mère, je sais très mal comme l’on cherche les morts,

Je m’égare dans mon âme, ses visages escarpés,

Ses ronces et ces regards.

(…)

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Thèmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives