Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 14:12


 (Aujourd’hui dimanche, autocitation)

 

ALBERT

J’étais d’ailleurs, moi aussi, dans un état de grande excitation.

Mes histoires de bousilleur étaient devenues si nombreuses qu’il paraissait absolument invraisemblable d’avoir tout vécu ça en une seule vie humaine.

Celle-ci encore, tenez.

Cette guigne incroyable que j’avais amenée à un copain le jour même de mes dix-huit ans.

Il voulait absolument fêter mon anniversaire.

« Allez, viens, on sort en boîte. »

On habitait à la campagne, il fallait une voiture.

Son père en avait une.

Flambant neuve.

Pas question de la prêter à son fils.

« Allez, papa, sois chic.

– Non, pas question.

­ Allez, papa ! »

Mon copain était du genre crampon et le père a fini, par lui filer les clés en maugréant.

« Et gare à ta peau si tu la ramènes avec la moindre griffe. »

Nous voilà partis.

Des sièges qui sentaient le cuir tout neuf.

Une nuit démente, on s’éclate, je passe les détails.

Au petit matin, retour vers le village.

Mon copain au volant, hyper prudent.

Et brusquement, la guigne, voilà un sanglier qui surgit sur la route.

Quasiment sous les roues, le choc inévitable.

Et l’aile de la bagnole complètement cabossée.

Ça nous a mis le moral sous le niveau de la mer.

Mon copain pleurait presque.

« Mon père ne me croira jamais.

– Écoute, je lui dis, on embarque le sanglier, comme ça on a la preuve. »

Pas de place dans le coffre, son père était représentant, tous ses produits étaient dedans.

On pose le sanglier sur le siège arrière, proprement sur une couverture.

Et on repart.

Mais deux kilomètres plus loin, la guigne des guignes, voilà le sanglier qui se réveille.

Ce cochon-là n’était pas mort.

Coup de frein en catastrophe, on s’extrait de la voiture aussi vite.

De trouille, on laisse l’animal enfermé dedans.

Vous voulez savoir ce que le sanglier a fait des sièges en cuir neuf et du reste de l’habitacle ?

Pourquoi je raconte ça maintenant ?

Parce qu’avec le retour de Tom, la maison des collines a ressemblé à cette voiture-là après le passage du sanglier.

 

Paul Emond, A l’ombre du vent, Lansman éditeur

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Autocitations
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives