Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 08:46


 (Aujourd’hui dimanche, autocitation.)

 

LA JEUNE FEMME

Tout le temps qu’il parlait, j’étais fascinée par les gros points noirs qu’il avait sur le nez.

Lui, plongé dans ses grandes explications sur le mythe d’Orphée.

Moi, incapable de l’écouter tant je fixais son nez, tant j’avais une envie folle de lui presser les gros points noirs qui le couvraient.

Je m’accrochais les mains l’une à l’autre derrière le dossier de ma chaise, je m’entrais les ongles dans la peau, je me les entrais si fort que j’en avais les mains en sang, si fort que la douleur m’en cisaillait les bras jusqu’aux épaules.

Mais lui continuait de plus belle : la lyre, Eurydice, les enfers, la signification symbolique, l’orphisme, tout ça, tout ça.

Orphée ne pouvait pas se retourner pour voir Eurydice et moi je ne pouvais pas lui presser ces points noirs, pourtant Orphée n’en pouvait plus de ne pas pouvoir se retourner et moi, je n’en pouvais plus ne de pas pouvoir lui presser ces points noirs.

La comparaison m’a paru si cocasse que j’ai éclaté de rire.

Je riais comme une folle, les mains toujours accrochées l’une à l’autre derrière le dossier de ma chaise, je riais, je riais.

Lui s’était tu, il me regardait d’un air si perplexe que ça me faisait rire plus encore, rire, rire, rire, rire à m’en péter le ventre.

A la fin tout de même je me suis calmée.

J’ai dit : excusez-moi je suis très nerveuse ces temps-ci, j’ai des soucis personnels.

Enfin j’ai dit un truc du genre et lui aussitôt, il a demandé s’il pouvait m’aider.

N’hésitez pas à le dire si je peux vous aider, il a dit, n’hésitez surtout pas à le dire.

Alors moi, j’ai dit : oui, vous pouvez m’aider.

Comme une écervelée j’ai dit : oui, vous pouvez m’aider.

Il a souri gentiment.

Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Et moi, j’ai vu ces gros points noirs qui luisaient encore plus fort.

Mon envie était trop insupportable, alors j’ai dit : je vous en prie, laissez-moi presser les points noirs que vous avez sur le nez.

Aussitôt il a pris un air distant et il a répondu qu’il n’en était pas question.

Du mythe d’Orphée, il n’a plus été question non plus.

Moins de trois minutes après, il était parti.

 

Paul Emond, Histoire de l’homme, tome 2, en préparation

(le tome 1 est publié chez Lansman éditeur)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Autocitations
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives