Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 09:18

 

 Aujourd’hui dimanche, autocitation. Séquence 1 du Sourire du diable. Bruno, un écrivain. Zico, son perroquet. Julia, sa mère.

 

            Bruno écrit, assis à son bureau. Zico est sur son perchoir.

 

ZICO  

Bruno le magnifique

Le diable l’emporte

 

BRUNO

Tais-toi Zico

 

ZICO

Le pouvoir de la littérature

La dictature de la littérature

 

BRUNO

Tais-toi Zico

Tu vois bien que je travaille

 

ZICO

Le nez de Nicolas Gogol

Un pur chef-d’œuvre

 

BRUNO

Tais-toi insupportable bavard

ou je te tords le cou

Oui ou non

suis-je le plus grand écrivain de ce pays

 

JULIA entrant avec un plateau

Tu l’es Bruno

Je l’ai toujours dit je l’ai toujours su

 

BRUNO

Ce pays n’aime pas la littérature

je n’aime pas ce pays

 

JULIA

J’ai préparé ta tisane et tes madeleines

dorées à point comme tu les aimes

 

BRUNO

Pseudo-pays

demi-pays séparé du Nord

cinq ans d’indépendance

vieux ressentiments

manipulations politiques

Un grand pays dit Lafaro

moi je dis de petits esprits

Cinq ans que Lafaro est au pouvoir

 

JULIA

Un bon président

 

BRUNO

Tous sont à sa botte

 

JULIA

Bruno tu t’énerves encore

ta veine palpite sur ta tempe

Mon Dieu que de crises dans ton enfance

 

BRUNO

Un régime fort ils appellent ça

Je n’aime pas ce régime

 

JULIA

Tu as tout de même reçu

le grand prix national de littérature

un prix quinquennal

un prix prestigieux

 

ZICO

Si le chat est botté

le maître est bien chaussé

 

BRUNO

Après des années de dédain

Pour eux je n’existais pas

Belgritte existait bien sûr

ce crétin de Belgritte couvert d’honneurs

moi je n’existais pas

jusqu’à ce prix moi Bruno Carabas je n’existais pas

 

ZICO

Si le maître est déchaussé

le chat est tout crotté

 

JULIA

Mais aujourd’hui

quelle superbe reconnaissance publique

Le discours du ministre était magnifique

 

BRUNO

Quelques belles formules je l’admets

Un régime fort ils appellent ça

Incapable de faire cesser les attentats

Pour un oui pour un non pourtant

on fait voter des lois d’exception

 

JULIA

Des attentats commandités par le Nord

dit la radio

 

BRUNO

Peu importe qui commandite

S’ils gouvernent qu’ils les fassent cesser

ou qu’ils abrogent ces lois

moralement politiquement discutables

 

JULIA

La police fait tout ce qu’elle peut

Bois ta tisane tant qu’elle est chaude

Et mange tes madeleines mon petit

 

Le téléphone sonne

 

            ZICO

Téléphone téléphone

 

BRUNO décroche

Bruno Carabas

Pardon je

Oui

Oui

Bien je

Je

Oui

Avec plaisir bien sûr

Merci merci beaucoup

J’y serai

Oui ponctuel

Raccroche

Nous habitons un pays imaginaire

Imaginaire c’est le mot juste

            ZICO

Grandes oreilles

et puis rien dedans

 

JULIA

Que se passe-t-il

 

ZICO

Oreilles trouées

langues déliées

 

JULIA

Bruno que se passe-t-il

 

BRUNO

Dois-je considérer cela comme un grand honneur

Sans doute

Demain quatorze heures au palais présidentiel

le président veut me voir paraît-il

 

JULIA

Christo Lafaro en personne

 

BRUNO

Mais tu aurais dû entendre sur quel ton on m’a parlé

Un secrétaire des plus grossiers

d’une arrogance

Je le dirai demain au président

 

JULIA

Tu vas rencontrer Christo Lafaro en personne

 

BRUNO

Tout comme je lui dirai

ce que je pense de ses lois d’exception

 

JULIA

Le faut-il vraiment

Bruno tout de même sois prudent

Le président c’est le président

 

BRUNO

Vous rendez-vous compte

Même pas un courrier

même pas un peu de politesse

le téléphone

On me convoque comme un moujik

on ne me demande même pas si je suis libre

J’aurais dû dire je ne le suis pas

j’aurais dû en avoir la présence d’esprit

mais j’étais trop estomaqué

 

JULIA

Mais tu vas rencontrer Christo Lafaro

 

ZICO

En personne

 

BRUNO

Vous deux ne m’énervez pas

Il n’y a pas de quoi en faire un plat

Un conseiller quelconque a dû le convaincre

qu’il devrait enfin me recevoir

Il n’empêche

Pas un signe pendant cinq ans

Avant qu’on ne m’attribue ce prix

pas le moindre salut aucune félicitation

Voulez-vous savoir pourquoi

Parce que le président de ce pays m’envie mes dons littéraires

Il se prend pour un écrivain

il a publié des souvenirs de jeunesse

on en impose la lecture dans les écoles

c’est de la bouillie pour les chats

Ce sont mes souvenirs à moi qu’il faudrait y faire lire

j’y ai chanté notre nation comme personne

 

JULIA

Ta tension va encore monter

Le médecin te l’a dit tu ne dois pas t’énerver

Le jour où tu te marieras

peut-être enfin tu t’apaiseras

 

BRUNO

Lafaro le sait bien

qu’il ne m’arrive pas au talon

 

JULIA

Mais aujourd’hui tout de même

il te reçoit

 

BRUNO

Voilà pourquoi régulièrement il félicite Belgritte

et le fait abreuver de prix

Le grand prix national de littérature

c’est lui qui l’a obtenu il y a cinq ans

à sa création

 

JULIA

Mais aujourd’hui c’est toi

 

BRUNO

Le donner à Belgritte c’était à tout jamais

dévaloriser ce prix

Seulement à Christo Lafaro

Belgritte ne risque pas de faire de l’ombre

alors lui il le reçoit à tour de bras

il se fait photographier avec lui

 

JULIA

Demain tu dois mettre ton costume bleu

Sur les photos en couleur c’est celui qui te va le mieux

 

ZICO

Belgritte et son visage de rat

 

JULIA

On dit que le président a une verrue juste en dessous du nez

que l’on fait disparaître des photos officielles

Surtout vérifie si c’est vrai

Et puis tu pourras lui parler de la politique artistique

elle te tient tant à cœur

 

BRUNO

Mes propositions à ce sujet

sont toujours restées lettre morte

Le ministère de la culture n’en fait aucun cas

Bien sûr je le lui dirai

à Christo Lafaro

compte sur moi pour le lui dire

Ces fonctionnaires sont d’une incompétence

Le pire c’est l’interruption de mon travail

On me donne l’ordre de l’arrêter

Pour une rencontre protocolaire vite glissée entre deux autres

et moi je suis en plein chapitre huit

 

JULIA

Bois ta tisane

Et tes madeleines

mange tes madeleines

 

ZICO

Calme-toi Bruno

calme-toi

 

BRUNO

Tais toi l’oiseau

tu ne connais pas encore ce chapitre huit

le nœud de mon roman

un vrai casse-tête

le nœud du Grand avertissement 

Le Grand avertissement

un de mes meilleurs romans

enfin si je parviens à le terminer

malgré cette interruption stupide

Mon pauvre chapitre huit

Merci Monsieur le Président merci bien

 

           Paul Emond, Le sourire du diable, Lansman Editeur

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Autocitations
commenter cet article

commentaires

machin 24/10/2011 20:19


Fort, percutant, superbe.


Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives