Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 12:16

 

Comme j’ai abordé dans mon billet précédent le beau thème de la lecture, je tiens à rappeler  aujourd'hui un superbe texte de Paul Willems intitulé précisément Lire. Voici un passage qui me plaît beaucoup :

 

   J’aime lire en train. Voilà plus de trente ans que je prends tous les jours l’omnibus à Hove, près d’Anvers, et que je descends à Bruxelles. Quarante minutes de solitude protégée par la foule des voyageurs et rythmée par les roues sur les rails. Les arrêts à Duffel, Wavre Ste-Catherine, Malines et Schaerbeek sont les discrets jalons de mes lectures. J’ai calculé que j’ai passé plus d’un an de ma vie entre Hove et Bruxelles et que j’ai parcouru quelque 900.000 kilomètres sur cette ligne. Voyage aux distances stellaires dans les constellations de la littérature.

Tous les matins je glisse un livre dans ma serviette. À ce geste, je sens déjà monter en moi la joie de la lecture. Quand le brouillard ou une grève retarde l’arrivée du train, j’arpente le quai d’un pas irrité. Dès que le train s’arrête je me précipite sur la première place libre et je me plonge dans mon livre sans prendre le temps d’enlever mon imperméable. (Mesure de prudence aussi car si j’enlève mon manteau je l’oublie dans le train, tant je suis distrait par ma lecture quand je descends à Bruxelles.) J’évite de faire connaissance avec les habitués de la ligne. Depuis des années nous nous saluons de loin non sans une certaine familiarité, comme des animaux d’espèce différente qui se rencontrent chaque jour à l’abreuvoir. J’ai vu blanchir des tempes, apparaître des moustaches, disparaître des barbes, j’ai vu se faire et se défaire des amours. Je connais toutes les saisons de ce Monsieur : l’écharpe grise et le loden verdâtre apparaissent à la tombée des feuilles et disparaissent fin avril pour être remplacés par un costume de demi-saison qui fut jeune mais qui n’est plus maintenant qu’un vieux printemps. En vingt ans j’ai vu une femme jeune devenir une femme âgée. Ses yeux qui étaient clairs sont devenus tristes. Ses paupières, je me souviens, étaient nettes et bien dessinées. Elles sont maintenant un peu distendues, comme le sac où cette dame met son tricot. Nous nous saluons d’un sourire qui, au cours des ans, est devenu un peu mélancolique car nous savons tous deux que si nous nous étions connus nous aurions pu nous dire chaque matin de ces choses qui concernent la vie quotidienne, les enfants ou les deuils et dont il est doux de parler avec des passagers des trains ou des bateaux, parce qu’ils reçoivent si bien les aveux. Jamais, pourtant, je ne lui ai adressé la parole car là, dans ma serviette, j’ai un livre.

 

Ces lignes sont extraites d’une communication faite à l’Académie de langue et de littérature françaises de Belgique en 1980. Par bonheur, le texte complet est disponible en ligne :

 

http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/willems14061980.pdf 

 

Découvrez ensuite la communication que Paul Willems fit au même endroit l’année suivante sous le titre Ecrire, communication tout aussi magnifique :

 

http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/willems12121981.pdf

 

Et puisque j’en suis à évoquer Paul Willems qui chaque matin prenait le train pour se rendre au travail, comment ne pas citer aussi cette « pièce minute », avant-goût de la dimension fantaisiste que, tout au long de son théâtre – par ailleurs intensément onirique et tragique – ce grand écrivain n’a cessé de déployer ?

 

Entendu dans le train

Deux hommes assez sinistres :

La grand-mère faisait la sieste dans le lit d’Hector…

C’est incroyable !

… Et Monique était trop jeune pour arranger les bidons.

C’est incroyable.

Oui, mon vieux, il y a de tout dans la vie.

C'est incroyable... Et Hector dans tout ça ?

Eh bien, Hector faisait la sieste dans son lit.

Et la grand-mère alors ?

Eh bien, je te dis : la grand-mère faisait la sieste dans le lit d'Hector.

C'est incroyable. Et Monique dans tout ça ?

Eh bien, je te dis : Monique était trop jeune pour arranger les bidons.

C'est incroyable.

Le monde de Paul Willems, Labor, Collection Archives du futur

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Et encore...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives