Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 22:59


 De W.G. Sebald, j’ai déjà dit ici à plusieurs reprises mon admiration pour Les anneaux de Saturne et Vertiges. Je viens de lire Les émigrants, son premier livre publié, je crois. Quatre récits et déjà toute la façon de ses livres ultérieurs de mêler récit de voyage, photos, rencontres, souvenirs, enquêtes, digressions et descriptions. Quatre récits poignants à propos de quatre allemands d’origine, dont trois juifs, qui furent contraints de s’exiler à la montée du nazisme. Séparés de leur passé, cherchant à refouler ce qui y fut vécu d’insupportable et d’intensément douloureux, ils ont vu un jour tout ce passé les rattraper et les détruire intérieurement. Quatre destins meurtris, puis détruits par ce cauchemar que l’Histoire propage, hélas, si souvent…

 

Pour un compte rendu plus détaillé de ce beau livre, je renvoie à : http://www.etrangeslectures.fr/index.php/envie-de-lire/36-fiches/88-wg-sebald-les-emigrants

 

Parmi toutes les personnes dont il est longuement ou brièvement question dans Les émigrants, en voici deux qui ne font que passer, chacune au détour d’une page, mais dont Sebald esquisse le portrait de façon si suggestive que je tiens à les ajouter à la galerie qui se compose peu à peu, dans ce blog, sous la rubrique Personnages.

 

Le premier est surnommé Mangold par les petits élèves emmenés à la promenade par l’instituteur Paul Bereyter, un des quatre « émigrants » du livre :

 

… nous partions aussi à la campagne, les jours où il faisait particulièrement beau, pour découvrir le règne végétal ou, sous prétexte d’herboriser, nous occuper tout simplement à ne rien faire. Pour ces sorties qui avaient lieu le plus souvent au début de l’été, il arrivait que se joignît à nous le fils du coiffeur et « croque-mort » Wohlfahrt, qui passait pour n’avoir pas toute sa tête. D’âge indéterminé et d’une humeur infantile et toujours égale, ce grand échalas que personne n’appelait jamais autrement que Mangold, vocable qui désigne à la fois un prénom et ce légume filandreux qu’est la bette, était aux anges quand il pouvait nous accompagner, nous qui n’étions pas même encore adolescents, et nous faire la démonstration que, bien qu’incapable de venir à bout du calcul le plus élémentaire, il était en mesure de dire quel jour de la semaine correspondait n’importe quelle date prise au hasard dans le passé ou le futur. Ainsi, si on disait à Mangold que l’on était né le 18 mai 1944, il répondait aussitôt que c’était un jeudi. Et quand on essayait de le mettre à l’épreuve en lui posant des questions plus difficiles, comme la date de naissance du pape ou du roi Louis, il nous disait illico qu’il s’agissait de tel jour ou de tel autre. Paul, qui lui-même était un excellent mathématicien et de surcroît très bon en calcul mental, essaya des années durant, en le soumettant à toutes sortes d’expériences et de tests sophistiqués, de percer le secret de Mangold. Mais autant que je sache, ni lui ni personne n’y parvint jamais, pour la simple raison que Mangold ne comprenait presque rien aux questions qu’on pouvait lui poser.

 

Le deuxième personnage est rencontré par Sebald dans un train allemand, alors qu’il se rend vers le lieu d’où était originaire Max Ferber, un autre des « émigrants » :

 

En face de moi, bien qu’il y eût suffisamment de place ailleurs, s’était posé un gros homme au crâne carré d’environ cinquante ans. Son visage était congestionné, rougeaud, et ses yeux, très rapprochés, légèrement convergents. Soufflant comme un phoque, il ne cessait de rouler dans sa bouche à demi ouverte une langue informe à laquelle collaient encore des restes de nourriture. Il était assis jambes écartées, bedaine et bas-ventre horriblement comprimés dans un short d’été. Je n’aurais su dire si le corps et l’esprit de mon compagnon de voyage étaient déformés à cause d’un long internement psychiatrique, d’une tare héréditaire ou simplement de l’abus de bière et de cochonnailles.

W.G. SEBALD, Les émigrants, traduit de l’allemand par Patrick Charbonneau, Folio

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Personnages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives