Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 16:07

 

 

Ayant cité la fois passée L’atelier d’Alberto Giacometti de Jean Genet, j’en profite pour transcrire ici de ce très beau livre un autre passage à la fois fascinant et quelque peu énigmatique :

 

« Je comprends mal ce qu’en art on nomme un novateur. Par les générations futures une œuvre devrait être comprise ? Mais pourquoi ? Et cela signifierait quoi ? Qu’elles pourraient l’utiliser ? A quoi ? Je ne vois pas. Mais je vois bien mieux – encore que très obscurément – que toute œuvre d’art, si elle veut atteindre aux plus grandioses proportions, doit, avec une patience, une application infinies depuis les moments de son élaboration, descendre les millénaires, rejoindre s’il se peut l’immémoriale nuit peuplée de morts qui vont se reconnaître dans cette œuvre. »

       (Editions L’arbalète)

 

Et Genet insiste. Son propos devient plus mystérieux, empreint d’une étonnante rêverie :

 

« Non, non, l’œuvre d’art n’est pas destinée aux générations enfants. Elle est offerte à l’innombrable peuple des morts. Qui l’agréent. Ou la refusent. Mais ces morts dont je parlais n’ont jamais été vivants. Ou je l’oublie. Ils le furent assez pour qu’on l’oublie, et que leur vie avait pour fonction de les faire passer ce tranquille rivage où ils attendent un signe – venu d’ici – et qu’ils reconnaissent. »

 

Et plus loin :

 

« Quand plus haut j’ai dit : « … pour les morts » c’est aussi afin que cette foule innombrable voie enfin ce qu’elle n’a pu voir quand elle était vivante, debout sur ses os. Il faut donc un art – non fluide, très dur au contraire – mais doué du pouvoir étrange de pénétrer ce domaine de la mort, de suinter peut-être à travers les murs poreux du royaume des ombres. L’injustice – et notre douleur – seraient trop grandes si une seule d’entre elle était privée de la connaissance d’un seul d’entre nous, et notre victoire bien pauvre si elle ne nous faisait gagner qu’une gloire future. »

 

En écho à tout ceci, bien sûr, tout le rituel funéraire dont il rêvait pour le théâtre. Qu’on se souvienne de ces premières lignes d’un texte célèbre :

 

« Dans les villes actuelles, le seul lieu – hélas encore vers la périphérie – où un théâtre pourrait être construit, c'est le cimetière. Le choix servira aussi bien le cimetière que le théâtre. L'architecte du théâtre ne pourra pas supporter les niaises constructions où les familles enferment leurs morts.

 

Raser les chapelles. Peut-être conserver quelques ruines : un morceau de colonne, un fronton, une aile d'ange, une urne cassée, pour indiquer qu'une indignation vengeresse a voulu ce premier drame afin que la végétation, peut-être aussi une herbe forte, nées dans l'ensemble des corps pourrissant, égalisent le champ des morts. Si un emplacement est réservé pour le théâtre, le public devra passer par des chemins (pour y venir et s'en aller) qui longeront les tombes. Qu'on songe à ce que serait la sortie des spectateurs après le Don Juan de Mozart, s'en allant parmi les morts couchés dans la terre, avant de rentrer dans la vie profane. Les conversations ni le silence ne seraient les mêmes qu'à la sortie d'un théâtre parigot.

 

La mort serait à la fois plus proche et plus légère, le théâtre plus grave.

 

Il y a d'autres raisons. Elles sont plus subtiles. C'est à vous de les découvrir en vous sans les définir ni les nommer.

      (Jean Genet, L’Etrange mot d'..., Œuvres complètes IV, Gallimard)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Emond - dans Thèmes
commenter cet article

commentaires

philippe 25/05/2015 18:02

Une belle réflexion...
Votre blog propose de sacrément belles lectures, puissantes. Merci.
lalettrie.unblog.fr

nicolas marchal 26/04/2015 19:47

Très beau, et comme tu dis, énigmatique... A méditer...

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives