Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 12:41

 

Ne serait-ce pas une bonne résolution pour l’année qui vient ? Voyez cette page d’Abattoir 5 ou la croisade des enfants, le grand roman de l’américain Kurt Vonnegut publié en 1965. L’essentiel du récit tourne autour du bombardement de Dresde par les Alliés en 1945 qui fit des milliers de morts (la ville fut rasée 1300 bombardiers larguèrent en deux jours 3900 tonnes de bombes). Des années après la guerre, Billy Pèlerin, le personnage principal du roman, regarde à l’envers un film sur ces événements :

 

« Entamée par la fin. l‘histoire se déroulait ainsi sous les yeux de Billy :

 

Des avions américains transpercés de toutes parts, pleins de blessés et de cadavres décollent par l'arrière d'un aérodrome anglais. Au-dessus de la France, quelques chasseurs allemands rétrovolent dans leur direction, aspirant balles et éclats d’obus, les délogeant des appareils et des équipages. Même chose pour les zincs américains abattus qui s'élèvent à reculons et rejoignent l’escadrille.

 

La formation survole à contre-courant une ville allemande en flammes. Les bombardiers ouvrent leur trappe, déploient un magnétisme miraculeux qui réduit les incendies, les ramasse dans des cylindres d'acier et enfourne ceux-ci dans le ventre des coucous. Les gros cigares s'empilent régulièrement dans des râteliers. Au sol, les Allemands possèdent eux aussi des instruments prodigieux, de longs tubes d'acier. Ils s'en servent pour récupérer d‘autres fragments arrachés aux hommes et aux avions. Les Américains comptent encore quelques blessés, et certains des bombardiers sont déglingués. Mais au-dessus de la France, les chasseurs allemands reparaissent et remettent tout et chacun à neuf.

 

Quand les bombardiers regagnent leur base, les cylindres d'acier sont ôtés des râteliers et réexpédiés aux États-Unis où les usines tournent nuit et jour pour les démanteler et séparer les dangereux composants, les réduisant à l'état de minéraux. Il est émouvant de voir que le travail est surtout accompli par des femmes. Puis on envoie ces minéraux à des spécialistes, dans des régions lointaines. Il s'agit pour eux de les enfouir, de les dissimuler habilement afin qu’ils ne puissent plus jamais nuire à personne. »

 

(Kurt Vonnegut, Abattoir 5 ou la croisade des enfants,

traduit de l’américain par Lucienne Lotringer, Coll. Points Seuil)

 

Bonne année, les amis !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paulemond.over-blog.com - dans Thèmes
commenter cet article

commentaires

nicolas marchal 31/12/2014 09:16

Ah ce génial passage de Vonnegut : comment une trouvaille stylistique permet de faire passer une idée simple et belle... Trop simple et trop belle pour être dite autrement...

Présentation

  • : Le blog de Paul Emond
  • : Romancier et auteur dramatique, Paul Emond est aussi, depuis de longues années, un lecteur enthousiaste. Il vous raconte ici régulièrement tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la littérature et vous fait part de ses passions, de ses réflexions et de ses découvertes…
  • Contact

Recherche

Archives